Comité Directeur

Contenu de la page : Comité Directeur

L ’USB : Les enjeux, les défis.

1935 : Naissance de l’association avec 3 disciplines, pas de salarié, une poignée de bénévoles et quelques dizaines d’adhérents. 2010 : forte extension avec : 17 disciplines pratiquées, 22 salariés (temps partiels), 11 sections, 36 à 40 membres dirigeants (comité directeur), 1100 adhérents, 280 de budget de fonctionnement annuel, un bénévolat estimé (au SMIC) à plus de 250, 8 locaux et terrains de pratiques mis à disposition gratuitement... Il est évident qu’avec ces chiffres, la gestion d’une telle association ne peut plus être simple ni seulement reposer sur quelques bonnes volontés. La structure et les contraintes deviennent pesantes : les salariés, les adhérents, les dirigeants, les réunions de travail, les sections, le bureau exécutif, le comité directeur, les organes de tutelles et dispensateurs de subventions, les conventions, les règlements et les lois, les assurances, font que l’USB n’est plus la petite association assez facilement gérable des débuts, ou de la fin du siècle passé.

Mais fait plus important, l’USB est face à plusieurs enjeux :
Les publics :

  • Enfants et adolescents qui viennent pour apprendre une discipline ou pour l’éveil du corps (P’tits Loups, Danse, Gym pour les petits),
  • Adolescents et adultes pour la progression dans une discipline et souvent pour la compétition (Basket, Tennis, Tennis de table, Arts martiaux…),
  • Adultes et seniors qui pratiquent surtout pour leurs plai-sirs et leur bien-être (GV,Gym douce, Randonnée, Pé-tanque, …).

Ce qui génère des cours et des pratiques de plus en plus variés :

  • Enseignement d’une discipline (cours de débutants ou de progression),
  • Activité complémentaire de la précédente, l’entraînement à la compétition et aux tournois
  • Séances de sports de bien-être, de remise en forme, de relaxation (sophrologie, Gym volontaire, pétanque, Qi Gong, Randonnée).

Les budgets

La multiplication des disciplines et des cours, l’accroissement des adhérents font qu’il est nécessaire d’avoir un nombre d’entraîneurs, de professeurs, d’encadrants en pro-portion. Or, ces personnes doivent être diplômées pour enseigner. Il n’est plus question ici de bénévolat mais de personnel salarié.
D’où un budget de fonctionnement annuel composé pour les 3/5, de la masse salariale (salaires, rémunérations, charges sociales, frais de dé-placements et annexes). Les lois et les règlements.
Qui dit employeur dit droit du travail (code du Travail, Convention Collective Nationale du Sport (CCNS) depuis 2007), contrat de travail, feuilles de salaire, bref, une gestion des ressources humai-nes comme pour une PME. Il faut connaître et s’inscrire dans les statuts des différentes fédérations sportives. Il faut souscrire des assurances adéquates pour les bénévoles, les dirigeants, les adhérents licenciés et non licenciés, pour les manifestations et autres types d’évènements, de res-ponsabilité civile pour l’entité morale, de locataires pour les locaux mis à disposition. La comptabilité doit être tenue selon les règles en vigueur, classer les documents justificatifs pour les contrôles et les litiges.

Le contexte sociétal de ce nouveau siècle.

Les adhérents, en grande majorité, sont des sportifs. Mais ce sont de plus en plus des consommateurs, et la notion de « client » n’est pas très éloignée.

Quelle place alors pour le bénévole, dans ce contexte associatif et surtout entrepreneurial ?
Il faut bien percevoir qu’il ne peut exister un bureau exécutif ou un comité directeur sans, non pas seulement un classique « trésorier », mais un comptable professionnel, ha-bile à mener une comptabilité rigoureuse ; pas de bureau sans un secrétaire féru de bureautique et de communications rapides.
Les temps et les compétences nécessaires à la gestion d’une association telle l’USB sont de plus en plus importants. L’accroissement de la taille de l’association est moins contraignant que celui de la complexité accaparante de sa gestion..

A noter

Il est indubitable que si l’USB veut perdurer, il lui faut intégrer ces enjeux : les publics, les budgets, les lois et règlements et, enfin, la société actuelle. Mais pour réussir cette intégration il lui faut d’abord résoudre le problème majeur du bénévolat qui est, en fait, le véritable enjeu. Soyons clairs : le bénévole dirigeant et gestionnaire moderne se raréfie rapidement. C’est à la fois une terre rare, une pierre précieuse et une denrée indispensable.

Adresses utiles

Associations

U.S.B. Comité Directeur

Télécharger la Vcard